Comment éviter et réduire les impacts environnementaux ?

Rencontre avec Sylvain Girard sur le COS

Parmi les femmes et les hommes mettant en œuvre le Contournement Ouest de Strasbourg, partons à la découverte de Sylvain Girard, chargé d’environnement.

S’il occupe ce poste depuis 2006, Sylvain Girard aurait pu consacrer sa vie à un tout autre domaine, l’étude des volcans au Pérou. Les hasards de la vie et les opportunités en ont décidé autrement. Titulaire d’un Master 2 de Géomorphologie (étude des reliefs et des processus qui les façonnent), il rejoint l’entreprise Deschiron, dont la fusion en 2008 avec GTM Terrassement donnera VINCI Construction Terrassement. Il y œuvre en tant qu’Ingénieur (assistance à maître d’ouvrage), avant de se tourner vers les problématiques liées à l’eau chez Cofiroute. Toujours en quête de découvertes, il poursuit sa formation continue et son apprentissage sur le terrain. C’est ainsi que Sylvain devient Ingénieur méthode avant de revenir à ses premières amours en tant que Chef de laboratoire géotechnique.

Ce professionnel expérimenté se félicite aujourd’hui de « constater les nombreux changements dans les normes comme dans les mentalités des personnels œuvrant au quotidien sur les chantiers. N’oublions pas que nous partons de loin, que les quarts d’heure de formation à l’environnement – où sont évoqués notamment la propreté, les plantes invasives ou la prévention de la pollution par rejets – ne sont obligatoires que depuis 4 ans ! Les contraintes actuelles sont non seulement nécessaires, mais indispensables », assure celui dont le rôle vise avant tout à éviter et réduire les impacts environnementaux du chantier par la formation, la sensibilisation, l’accompagnement et le contrôle. Les préoccupations ne manquent pas entre faune et flore, milieu aquatique (ruisseaux, rivières, mares) et gestion de l’eau (fourniture, volumétrie et rejet dans des bassins de rétention), auxquels s’ajoutent les notions de nuisances sonores et de poussières. « En tant que gardien de la loi et des normes, je sers de garde-fou. Mon secret est de respecter chaque interlocuteur et de toujours prendre le temps d’expliquer les choses, car le plus grand danger demeure la méconnaissance. 95% des situations sont ainsi pacifiées et une formation continue par la pratique s’opère dans nos équipes qui ne répètent pas les erreurs lorsqu’elles comprennent le pourquoi et les bénéfices des nombreuses règles régissant nos activités. » Quand il est impossible d’éviter et de réduire les impacts des travaux, vient le temps de la compensation. Pour les zones humides ou inondables, Sylvain opère des renaturations de lits de cours d’eau lors de dérivations hydrauliques, recrée des mares pour les amphibiens et les reptiles, ou encore reconstitue des prairies hydrophiles : « Recréer des écosystèmes pérennes, afin que la nature retrouve ses droits. »

Bras d’Altorf