Centre d’exploitation A355, les atouts d’un QG à Ittenheim

Au cœur du futur échangeur d’Ittenheim, l’ingénieur travaux Lionel Senger supervise la construction du centre d’entretien et d’exploitation, futur QG de VINCI Autoroutes Alsace.

Sur 5 000 m2 de terrain bordé de part et d’autre par la future A355 et une bretelle menant à l’une de ses deux gares de péage dotée de quatre voies d’entrées et de quatre sorties, les bureaux administratifs du futur exploitant sont sortis de terre. 900 m2 avec ateliers et magasins de plain-pied auxquels s’ajoutent 450 m2 d’abris pour les véhicules de maintenance des “hommes en jaune” et 80 m2 dédiés au stockage du sel pour les événements neigeux.

« Tout est allé très vite », se félicite Lionel Senger. « Les fondations superficielles sur remblai à la chaux ont accueilli un voilage béton dont le 1er mètre cube a été coulé le 15 juillet 2019. Après quatre mois de gros œuvre, le futur QG était hors d’eau et d’air avant Noël. Durant le printemps, les corps d’états techniques étaient à pied d’œuvre à l’intérieur. Dans le même temps, un joli bardage en bois habille petit à petit l’extérieur. »

En complément des bureaux et des locaux de l’atelier propre aux équipes d’exploitation, l’ingénieur travaux confie que le besoin en équipement et en interfaces est assez important afin de relier et gérer deux gares de péage. « Pas moins de 17 entreprises alsaciennes différentes interviennent d’ores et déjà. Il faut en effet une année entière de tests avant de pouvoir mettre en service ce type d’infrastructure. D’autres équipements tels que des bornes de recharge électrique pour les véhicules de service et une cuve de récupération des eaux de plateforme pour la fabrication de saumure seront également mis en place. Les péages fonctionneront grâce à un réseau de galeries, « des préfabriqués assemblés comme des Lego », permettant aussi bien l’assainissement que la circulation des employés sous les voies de circulation.

Les contraintes énergétiques ne sont pas moindres pour une autoroute qui sera reliée et pilotée à distance par le PC de sécurité dont les équipes sont spécialisées dans l’exploitation spécifique d’ouvrages telle la section couverte de Vendenheim. Une salle spécifique permet de gérer une situation de crise propre à l’A355 depuis le site d’Ittenheim. Le plus difficile a finalement été, comme souvent, de « ramener les utilités (eau, électricité, Internet…) car il faut tirer des gaines parfois sur plusieurs kilomètres. » À l’arrière de ce bâtiment, une ferme dédiée à l’élevage du grand hamster est développée en partenariat avec le CNRS : un ouvrage à parois enterrées sur deux mètres avec un filet de volière pour préserver les futurs habitants des prédateurs. Un QG qui réserve décidément bien des surprises.

Retrouvez le reportage dans le dernier magazine Liaison(s) n°4 !