Des grands hamsters d’Alsace réintroduits

Après la seconde vague de lâchers de grands hamsters d’Alsace, les 11 et 12 juillet 2018, Cécile Cren, chargée de mission environnement de SOCOS fait le point sur les mesures compensatoires concernant le petit rongeur.

Combien d’individus ont été réintroduits à ce jour dans le cadre des mesures compensatoires du Contournement Ouest de Strasbourg (COS) ?
En 2017, nous avons relâché 70 individus et en juillet 2018, ce sont deux lâchers de 60 individus qui ont été réalisés en Zone de Protection Statiques Centre et Nord.

À qui ces opérations sont-elles confiées ?
C’est l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage, établissement public sous la double tutelle des Ministères chargés de l’Écologie et de l’Agriculture, qui gère tous les protocoles. Pour reproduire un environnement viable et assurer la perpétuation de l’espèce, il convient de relâcher sur un même territoire d’environ 3ha un minimum de 60 grands hamsters, 30 mâles et 30 femelles.

Ces trois lâchers représentent les premières compensations de traversée de zones protégées du hamster par le COS. Combien sont prévus au total ?
Le COS passe par deux zones de protection statiques, qui sont des zones d’habitats protégés du hamster. Il en existe une dans le Haut-Rhin et deux dans le Bas-Rhin. Les lâchers représentent une part de la compensation. Mais en amont, nous avons établi des périmètres de plus de 1000 hectares sur des parcelles conventionnées sur 10 ans avec le monde agricole, sous l’égide de la Chambre d’Agriculture d’Alsace et de l’association Agriculteurs et Faune Sauvage Alsace (AFSAL), pour y mettre en place des cultures favorables à l’habitat de cette espèce tel que du blé et de la luzerne recouvrant densément la zone.Sur certains secteurs, des bandes non-récoltées de plusieurs mètres de trèfles, tournesols et légumineuses sont créées. Ces opérations ont débuté dès 2016 afin que les cultures favorables soient en place au moment des lâchers. Au total, une vingtaine de lâchers sont programmés, avant les travaux du COS, pendant et après afin de permettre aux populations de hamsters d’être viables.

De quoi se compose l’habitat du grand hamster d’Alsace et comment préparez-vous leurs terriers ?
Nous ne réalisons les lâchers qu’entre avril et juillet, car c’est le moment de l’année où les cultures adéquates ont assez poussé pour permettre un couvert épais protégeant les grands hamsters de prédateurs comme les buses. Cette période de lâcher permet aussi aux individus de se reproduire avant hibernation. La préparation des sites de lâcher se passe de la manière suivante : nous posons des clôtures électrifiées autour des parcelles pour empêcher les renards, d’autres prédateurs importants de l’espèce, d’y pénétrer. Une entreprise spécialisée creuse alors des pré-terriers afin d’aider la transition et l’installation de ces grands hamsters d’élevage, relâchés dans la nature. Un terrier d’un mètre de profondeur est creusé par individus car ils vivent seuls. Un peu de nourriture est déposée au fond. Les lâchers s’effectuent à la fraîche, le matin et nous alternons mâles et femelles afin de favoriser les accouplements. Une fois installés, les terriers sont rebouchés avec de la paille afin que ces animaux vivant principalement la nuit s’y reposent. Rapidement, ils creuseront leur propre terrier à l’emplacement de leur choix.

Comment assurez-vous le suivi des individus relâchés ?
Un suivi est effectué chaque semaine pour contrôler les installations. Chaque individu a une puce d’identification. Charge à l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage d’assurer le comptage annuellement.