Les travaux préparatoires se poursuivent

Après une première phase de travaux préparatoires réalisée entre septembre 2016 et mars 2017, le chantier se poursuit à partir de septembre 2017.

Des opérations de déboisement vont démarrer dans le cadre de l’arrêté préfectoral du 24 janvier 2017 relatif à la prise en compte des impacts sur les espèces protégées ; elles sont nécessaires aux opérations d’archéologie préventive.

Cette période, de fin d’été-début d’automne, est la moins perturbante pour les espèces potentiellement présentes dans ces zones. En effet, les déboisements seront réalisés en dehors de la période de nidification de l’avifaune et après celle de naissance des chauves-souris.

Ces travaux s’accompagnent de nombreuses mesures, contrôlées par l’état,  visant à éviter, à réduire et à compenser les impacts sur les milieux boisés. De nouveaux boisements seront réalisés et d’autres restaurés et préservés, à hauteur de 2 hectares pour un hectare déboisé.

Par ailleurs, d’autres travaux vont se poursuivre le long du tracé. Sous le contrôle de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, plusieurs fouilles archéologiques vont démarrer à partir de septembre 2017. Elles permettront notamment de mettre en lumière un site avec des indices d’habitat du Néolithique ancien, un site avec des vestiges de la voie romaine Strasbourg–Brumath et un dernier avec des restes d’un bâtiment de l’âge du Bronze.

Enfin des opérations de déviation de réseaux ont débuté en juillet 2017 et se poursuivront dans les prochains mois. Ces travaux visent à déplacer les réseaux qui seront impactés par la réalisation de l’autoroute (réseau d’eau, réseaux électriques,…). En effet, le tracé croise plus de 120 réseaux, souterrains et aériens.